Historique et principes

intro webLa coopération décentralisée abrite  une réalité très simple, faite de solidarité, de proximité et d’échanges de compétences entre deux collectivités locales et leurs populations.

Pour en savoir plus : http://www.cites-unies-france.org/spip.php?rubrique16

Les Origines

origineC’est en faisant appel, en 1989, à un cabinet-conseil spécialisé que la Ville de Chambéry a choisi sa ville partenaire. Une façon de rendre les relations entre les deux villes plus saine et moins empreintes d’intérêts personnels.  L’équipe municipale menée par Louis Besson avait la volonté d’instaurer une relation durable avec une collectivité locale au Sud, qui se distingue des actions humanitaires classiques ou des jumelages, privilégiant la participation, le dialogue interculturel et l’équilibre Nord Sud. Cette exigence et cette approche de coopérer sur les deux territoires a su rester une valeur fondamentale au fil des années.  A partir d’un cahier des charges précis, c’est la Ville de Ouahigouya, située au Nord du Burkina Faso, qui a été retenue. Ses points forts sont un nombre d’habitants proche de celui de Chambéry, le fait qu’elle se situe dans un pays francophone   mais surtout qu’elle dispose d’un plan de développement de son territoire mis en place à partir de l’expression des citoyens de la commune.
En 1991, le conseil municipal de la ville de Chambéry décide de créer l’association Chambéry Ouahigouya chargée de la mise en œuvre opérationnelle de la coopération entre les deux villes.

Les Objectifs

principe 1 webDepuis 1991, l’action de la coopération décentralisée entre Chambéry et Ouahigouya (Burkina Faso) cherche à rapprocher les habitants des deux cités. Mieux se connaître, mieux se comprendre et ensemble mener des actions de développement, tels sont les objectifs de cette coopération qui réunit de nombreux acteurs, ici comme là-bas et qui fait naître et vivre actuellement une vingtaine de projets répondant aux besoins de la population.

Des échanges culturels bien sûr, mais la coopération Chambéry Ouahigouya est aussi le partage d’expériences qui contribuent à améliorer le quotidien des uns et des autres encouragent l’économie locale, favorisent l’éducation et la santé, participent à lutter contre les inégalités ou développent l’aménagement urbain en accompagnant les services municipaux.

La coopération associe aujourd’hui les élus, les services municipaux mais aussi les acteurs de la société civile et les populations de chacune des deux communes afin de mener à bien les projets discutés sur chacun des territoires.

ZOOM sur les principes d’action

Une coopérprincipe 2 webation de territoire à territoire : Le projet s’inscrit dans un cadre géographique déterminé, celui de Chambéry (et de la Savoie) et celui de Ouahigouya (et du Yatenga).

  • La gouvernance sur chaque territoire : les deux collectivités sont maîtres d’ouvrage sur l’ensemble des actions de coopération sur leurs territoires.
  • Une coopération de territoire à territoire : Le  projet s’inscrit dans un cadre géographique déterminé, celui de Chambéry et de son agglomération au Nord, celui de la Commune de Ouahigouya au Sud. Les actions et leurs effets devront produire des impacts sur chacun des territoires.
  • L’accompagnement de politiques publiques : les actions de coopération s’intégreront dans des politiques publiques locales ou nationales définies par les autorités compétentes. Elles ne pourront aller à l’encontre de celles-ci.
  • L’accompagnement de projets de développement: les activités de la coopération ont pour objectif premier de soutenir un développement durable.  
  • Une relation humaine : l’un des principes fondateurs des actions sera de mobiliser et de mettre en relation les acteurs des projets concernés qu’ils soient issus des autorités locales ou de la société civile. Ces relations s’inscrivent dans une démarche d’ouverture et de rencontre interculturelle.
  • Le renforcement de capacités et des compétences : la priorité est donnée à des projets qui mobilisent et renforcent les capacités des différents acteurs (qu’ils soient issus de la société civile comme d’autorités locales) et le partage de leurs expériences au Nord comme au Sud, plus que des appuis matériels ou purement financiers.
  • Transparence et contractualisation : Entre les Parties, il est convenu que les procédures financières ainsi que les modalités de fonctionnement  soient clairement définies et transparentes. Des conventions sont réalisées  pour définir les relations entre les Parties mais aussi pour cerner chacune des actions menées.
  • Le co-financement des actions :Chacune des parties contribue obligatoirement au co-financement des actions menées.
  •  Le suivi et L’évaluation :Les deux villes s’engagent à développer des pratiques de suivi-évaluation.